Vitry-sur-Seine.

Direction pédagogique Florian Sitbon Florian Sitbon

École / Cycle de formation / Cycle d'insertion professionnelle / Concours / Contact
Macbett

retour

Voir toutes les présentations publiques

Maquette

MACBETT
D’EUGÈNE IONESCO

MARDI 2 ET MERCREDI 3 JUILLET
À 19H30

AU STUDIO DE FORMATION THÉÂTRALE

Réservation //

01 45 21 95 50
reservation@formation-theatrale.com

Entrée libre

------

Mise en scène

Fleur Geffrier

Création sonore

Juliette Heintz

Création lumière

Thibault et Julien Lecaillon

Création costume

Marion Dossikian et Ludivine Thomas
Macbett


En début d’année, il a été demandé à tous les étudiants du cycle d’insertion professionnelle de concevoir un projet personnel de spectacle. A l’issue d’un processus de sélection, deux projets ont été retenus : Mahagonny de Bertolt Brecht et Macbett d’Eugène Ionesco. Ils sont maintenant présentés au public sous forme de maquettes au Studio de Formation Théâtrale.

Ionesco

Candor et Glamiss, barons du tyrannique archiduc Duncan, décident de se rebeller et déclarent la guerre. Macbett et Banco, généraux fidèles de Duncan sortent vainqueurs, mais Glamiss réussi à s’échapper. Mécontent, l’archiduc envoie ses généraux à sa recherche. Arrivés dans la foret, Macbett et Banco rencontrent tour à tour les sorcières qui vont « lever le couvercle de la boîte aux ambitions » et faire naître dans leur coeur l’envie de pouvoir. Mais qui dit prise de pouvoir, dit paranoïa et culpabilité…Macbett de Ionesco est plus qu’une parodie de Macbeth de Shakespeare : c’est Macbeth cauchemardé par Ionesco.

Le personnage de Macbett n’est pas un monstre, il est aussi lâche, vil et assoiffé de pouvoir que tous les personnages autour de lui. Macbett est « Monsieur tout le monde » dit Ionesco. « Depuis Shakespeare, le monde à changé : aujourd’hui, on ne tue plus un ou deux rois, mais des centaines et milliers de personnes, et tout le monde tue tout le monde. Le sentiment de la faute n’existe plus, et le crime est devenu un élément normal du monde dans lequel nous vivons. »

Shakespeare a bien dit dans Macbett « La vie n’est qu’une ombre qui passe. (…) C’est une histoire racontée par un fou, pleine de bruit et de fureur, et qui ne veut rien dire. »

Avec