Vitry-sur-Seine.

Direction pédagogique Florian Sitbon Florian Sitbon

École / Cycle de formation Niveaux 1 et 2 / Cycle de formation Niveau 3 / ADMISSIONS / Contact
<
Nous, les artistes (sommes un article de luxe pour la bourgeoisie)...

retour

Voir toutes les présentations publiques

Atelier public

Les présentations des ateliers des élèves du cycle de formation du Studio de Formation Théâtrale ont fait salle comble ! Merci à vous !

—— NOUS, LES ARTISTES ——
(SOMMES UN ARTICLE DE LUXE POUR LA BOURGEOISIE)…
PIÈCES DE FRANK WEDEKIND

23 ET 24 JUIN 2014 À 19H

AU THÉÂTRE DE BELLEVILLE

94 rue du Faubourg du Temple - 75011 Paris
M° Goncourt L.11 ou Belleville L.11 et L.2

ENTRÉE LIBRE SUR RESERVATION (AUCUNE ENTRÉE NE SERA DÉLIVRÉE SANS RÉSERVATION)

reservation@formation-theatrale.com
01 45 21 95 50
Evenement Facebook

Durée du spectacle // 1h30
----------

ATELIER DIRIGÉ PAR //

FRÉDÉRIC JESSUA

ASSISTANAT COSTUMES & ACCESSOIRES //

AURORE BOURGOIS

ASSISTANAT DÉCOR //

MILLIE DUYÉ

AVEC LES ÉLÈVES DU CYCLE DE FORMATION NIVEAU 1 //

Franziska (1911)
Franziska 1 / Yasmine Boujjat
Veit Kuntz / Yan Couapel
Franziska 2 / Clémentine Lamothe
Sophie / Carla Rodriguez-Moreno

La Mort et le Diable (1905)
Elfride Von Malchus / Julia Roche
Casti Piani / Aurélien Pawloff

Le Château de Wetterstein (1909)
Léonore 1 / Clémence Ribéreau
Elfie / Anna Wasjbrot
La Domestique / Carla Rodriguez-Moreno
Léonore 2 / Chloé Larrère
Rüdiger / Léonard Bourgeois-Taquet

Un Diable Déchu (1898)
Silvia / Mélanie Charvy
Scholtz / Yann Couapel
Von Keith / Nicolas Thuilliez

Musique (1906)
Clara 1 / Carla Rodriguez-Moreno
Else / Florence Botello
Joseph / Léonard Bourgeois-Taquet
Joseph 2 / Nicolas Thuilliez
Clara 2 / Aurore Bourgois
La Gardienne / Millie Duyé

La Chanteur d’Opéra (1897)
Oskar Gérardo / Etienne Toqué
Hélène Marova / Coline Moser
Le Garçon d’Ascenseur / Léonard Bourgeois-Taquet
----------

Nous, les artistes (sommes un article de luxe pour la bourgeoisie)...


Propos

« Nous avons travaillé sur les pièces courtes de Wedekind ; celles qu’il n’a pas pu, dans la plupart des cas, porter à la scène, parce qu’elles furent censurées. Tout au long de l’atelier, nous avons cherché à traduire scéniquement le paradoxe des personnages et l’ambivalence extrême des situations proposées, où lucidité et passion sont sans cesse mêlées. Il fallait faire face sans détour à la violence que cela suscitait.

Même si chacune des pièces présentées peut prendre, par moment, des allures de comédie « de boulevard » (au sens noble du terme), il s’agit avant tout de véritables brûlots. Sans chercher à orienter ou provoquer la réaction du spectateur, nous sommes entrés directement dans des situations d’affrontement, avec authenticité, intensité et précision.

Enfin, laissant libre cours à l’action sur le plateau, la place est faite aux surprises, aux « accidents », aux renouvellements de parcours… dont le spectateur sera notre premier complice. »

Frédéric Jessua
Professeur d'interprétation