Vitry-sur-Seine.

Direction pédagogique Florian Sitbon Florian Sitbon

École / Cycle de formation / Cycle d'insertion professionnelle / Concours / Contact
L'Amour d'Arlequin et de Silvia (ou la double inconstance)

retour

Voir toutes les présentations publiques

Atelier public

Les présentations des ateliers des élèves du cycle de formation du Studio de Formation Théâtrale ont fait salle comble ! Merci à vous !

—— L’AMOUR D’ARLEQUIN ET DE SILVIA (OU LA DOUBLE INCONSTANCE) ——
DE PIERRE CARLET DE MARIVAUX

23 ET 24 JUIN 2014 À 21H

AU THÉÂTRE DE BELLEVILLE

94 rue du Faubourg du Temple - 75011 Paris
M° Goncourt L.11 ou Belleville L.11 et L.2

ENTRÉE LIBRE SUR RESERVATION (AUCUNE ENTRÉE NE SERA DÉLIVRÉE SANS RÉSERVATION)

reservation@formation-theatrale.com
01 45 21 95 50
Evenement Facebook

Durée du spectacle // 1h30
----------

ATELIER DIRIGÉ PAR //

VINCENT DEBOST

AVEC LES ÉLÈVES DU CYCLE DE FORMATION NIVEAU 2 //

Le Prince / Romain Picquart, Arnaud Peres
Flaminia / Amélie Guillot, Juliette Duret, Marine Bellier-Dezert, Sixtine Leroy, Emma Santini
Silvia / Claudia Valencia, Agathe Charnet, Lillah Vial, Sibylle Coquelet
Arlequin / Gregoire Badin de Montjoye, Martin Join-Lambert, Emmanuel Danon, Thibaut Pietrera, Aurélien Lesage
Trivelin / Doriane Gautreau
Lisette / Marie Perret
Le Seigneur / Corentin Clergeau
----------

L'Amour d'Arlequin et de Silvia (ou la double inconstance)


Les 23 et 24 juin, les élèves du cycle de formation niveau 2 et leur professeur Vincent Debost ont présenté une version qui s’intéresse plus à la difficulté d’aimer et de se faire aimer qu’à l’inconstance du jeune couple.

Ainsi, dans cette partition au rythme haletant, ils nous plongent dans la schizophrénie des êtres et du monde actuel.

Propos

« J’ai demandé aux élèves de s’emparer de ces personnages comme des figures théâtrales: Ils tenteront d’animer chaque soir ce jeu, en s’adressant le plus possible au public. J’ai eu envie de les confronter à ce cadre de jeu rigoureux et précis qu’ils pourront amplifier, densifier ou même interroger sur scène.C’est un travail qui je l’espère permettra à ces futurs interprètes de réaliser que c’est de leurs singularités que naîtra la vérité des actions et des paroles des personnages.

C’est aussi l’occasion de vous présenter ce théâtre :

Où le langage est premier.

Où le discours est sans cesse en mouvement.

Où le trouble et le vertige de la pensée se dévoilent peu à peu devant vous. »

Vincent Debost
Professeur d'interprétation